Alfa-Kpara

Bénin

Le Projet
Benin 3

Père Grégoire Adouayi - Coordinateur

Benin 1

Nettoyage du site de la future école

Benin 2

Ecole terminée : 100 garçons et 126 filles scolarisés

Amitié missionnaire Héloïse et Grégoire

benin-3Né à Agoué le 13 mars 1969 de famille modeste et de parents originalement animistes, le Père Grégoire Adouayi fut ordonné prêtre en 2000, et envoyé comme prêtre « fidei donum » ( « don de la foi » selon l’encyclique du Pape Pie XII du 21 avril 1957) au diocèse de Djougou dont l’évêque, Paul Vieira, l’a accueilli. Pour être proche des personnes et les aider, il s’est mis à apprendre la langue Yom. Vicaire à la paroisse Saint Joseph de Alfa-Kpara, il a surtout montré son amour pour l’enfance missionnaire et pour les familles. Après trois ans de pastorale, il fut envoyé à Burgos en Espagne en 2004-2008. Il fit une thèse intitulée « Eucharistie et Mission selon Thérèse de Lisieux ».

Sa vocation missionnaire, il le doit d’abord aux premiers missionnaires qui ont donné sa vie pour l’évangélisation de son pays. Tout petit, il a été touché par leurs tombes au cimetière de sa ville natale, à Agoué où ses parents l’amenaient à la messe du dimanche ! Ensuite, sa vocation missionnaire va grandir quand il connut au séminaire la vie de Sainte Thérèse de Lisiieux. Mais en réalité c’est grâce à son frère aîné évêque missionnaire, Mgr Paul VIEIRA qu’il a découvert sa vocation missionnaire pour développer son grand esprit missionnaire : aimer c’est tout donner et se donner soi-même ! Quand on aime on ne calcule pas ! la mesure de l’amour, c’est l’amour sans mesure ! Tout pour la Mission au gré de la Providence !

Remontant dans l’histoire, le village natal du Père Grégoire, le petit village de Agoué est une terre bénie par Dieu…Seigneur, tu as aimé cette terre ! Agoué fut l’un des deux villages clés dans l’histoire de l’évangélisation du Bénin avec Ouidah il y a 150 ans. Il y a 29 tombes de premiers missionnaires à Agoué… Leur présence est un Silence missionnaire éloquent !

Pendant ses études à Burgos, le Père Grégoire fut invité à Navarrenx par la famille Vasti. Cette dernière est une famille missionnaire amie d’un missionnaire, le Père Michel Iriquin de la Société des Missions Africaines actuellement en service dans la paroisse Saint Joseph de Kolokondé dans le diocèse de Djougou. L’amitié de ses deux prêtres avec la famille Vasti de Castenau-Camblong va devenir comme un signe de la multiplication de grâces, une source qui s’étend à plusieurs autres familles. Aldo et Yvonne Vasti ont perdu une de leur petite fille, Marianne décédée accidentellement à 19ans alors qu’elle voulait aller en Afrique !!!

Une rencontre entre Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, et Mgr Paul Vieira, évêque de Djougou, officialisa les missions estivales du Père Grégoire à Navarrenx.

Un prêtre ne vit jamais sa mission tout seul. Il doit le vivre en communion avec l’Eglise à travers son évêque. Le Père Grégoire considère ses missions estivales au milieu de Navarrenx, comme un témoignage missionnaire d’échanges entre églises.

C’est au cours de l’une de ses missions que Stéphane et Chantal Charruau firent la connaissance du Père Grégoire. C’était en Août 2011 à l’église de Navarrenx. C’est de là qu’a commencé son amitié aussi avec Héloïse, rappelée à Dieu le 31 octobre 2010, âgée de 25 ans, après 7 ans de lutte contre le cancer. Le Père Grégoire lu le livre de témoignages sur la brève vie d’Héloïse. Ce livre témoigne de la communion des saints et scella l’amitié entre le Père Grégoire et Héloîse. Alors le Père Grégoire souhaita que Héloise puisse réaliser quelque chose au Bénin pour ses petites sœurs et petits frères de la paroisse Saint Joseph de Alfa-kpara qui manquent de cadres pour l’éducation scolaire….

Le diocèse de Djougou fut créé le 10 Juin 1995 par le Bienheureux pape Jean-Paul II. C’est en reconnaissance à ce bon serviteur des petits que le diocèse de Djougou a dédié son collège catholique à ce pape ami des Jeunes.

Le Père Grégoire est directeur du collège Jean-Paul II et curé de la paroisse Saint Joseph de Alfa-kPara avec plus de 29 communautés de 300 habitants au moins, à 15 km de Djougou et reliées entre elle par des pistes. Sa mission est dédiée aux enfants de ce pays, je le cite, selon l’adage du Christ qui est la devise épiscopale de Mgr Paul Vieira : « Qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance ». Il veut communier à ce zèle missionnaire du Christ.

Et, a-t-il déclaré, sans école pas d’espoir, pas d’avenir pour le Bénin, pour nos familles. L’éducation publique n’aide pas les enfants à être bien formés. Beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école et beaucoup sont découragés par la mauvaise qualité de l’éducation qui est proposée. La paroisse du Père Grégoire en milieu majoritairement Yom ressent encore une grande nécessité de l’école pour éduquer et donner aux enfants une bonne base au niveau de l’enseignement primaire. Presque dans tous les villages de sa paroisse, il y a une grande douleur au niveau de la négligence qui s’observe dans l’école primaire. Il voudrait vraiment faire quelque chose pour les enfants, ses petits amis qui constituent l’avenir, les espérances pour changer la mentalité et lutter contre la pauvreté et l’ignorance. Donc la scolarisation est priorité absolue de Mgr Vieira. L’accent est mis, entre autres priorités sur les petites filles, cibles de la pauvreté surtout à l’adolescence où elles succombent aux affres des grossesses non désirées et des mariages forcés.

Actuellement sur la paroisse de Alfa-kpara, le Père Grégoire travaille avec deux autres prêtres « fidei donum ». Ils se sont engagés en cette année de la foi à l’éducation des enfants en initiant dans un des bâtiments de la paroisse une école primaire pour les enfants de tous leurs villages et contrées, les filles comme les garçons et les enfants de toute condition.

——
NB : En octobre 2015, le Père Grégoire Adouayi a été nommé responsable du séminaire de Djime en charge de 188 séminaristes avec 7 prêtres formateurs.

Ce grand moment d’inauguration de ce majestueux module a démarré par une célébration eucharistique présidée par le curé de la paroisse d’Alfa-kpara, le père Grégoire ADOUAYI et concélébrée par les deux vicaires de la paroisse.

Au début de cette messe, les participants ont eu droit à une  brève résumée de la vie Héloïse CHARRUAU.  Le père célébrant a tenté de montrer la similitude entre la vie d’Héloïse et celle de Sainte Thérèse de l’enfant Jésus, patronne du diocèse de Djougou.

messe-1

La chorale des enfants de la paroisse d’Alfa-Kpara a gratifié les participants d’une belle animation.

Tout comme les célébrants, les participants étaient  vraiment attentifs aux textes liturgiques de la célébration.

Les religieuses ayant en charge l’administration de cette école ont pris une part active à la préparation et à la tenue de cette cérémonie d’inauguration.

Un moment d’homélie ayant vite pris l’allure d’une occasion de remerciement des différents acteurs impliqués dans la concrétisation de ce projet, notamment les paroissiens, la Caritas Diocésaine de Djougou, la fondation Caritas France et la Fondation Héloïse CHARRUAU

MOMENT D’ENTHOUSIASME ET DE CURIOSITE POUR LES ENFANTS :

messe-3

Les enfants, non seulement ceux fréquentant l’école, mais ceux de la paroisse et du village d’Alfa-kpara ont été associé à l’évènement et habillés en tee-shirt sur lequel on pouvait lire « Ecole Catholique Saint Joseph d’Alfa-kpara ».

Des enfants visiblement heureux d’être témoins de ce grand évènement et de pouvoir intégrer un module flambant neuf.

Les parents ne sont pas restés en marge de l’évènement. Ils étaient présents, signe de leur reconnaissance aux contributeurs de ce projet.

Le regard maternel n’a pas fait défaut à cette cérémonie.

Ce fut aussi moment important de la cérémonie, ponctué de prières te de réponds

Après l’instant de prière, tout le bâtiment a été aspergé d’eau bénite.

LA COUPURE SYMBOLIQUE DE RUBAN : LE MOMENT TANT ATTENDU :

messe-15

Coupure de ruban par le Père Curé et la sœur directrice de l’école.

SPECIALE RENTREE DU 24 DECEMBRE 2013

Les enfants heureux d’effectuer cette spéciale rentrée du 24 décembre 2013.

messe-18

Un changement d’environnement éducatif. Chaque enfant voulant être le premier à s’assoir sur ces nouveau tables-bancs.

Ce nouvel environnement éducatif suscite certainement dans leurs têtes l’envie d’être meilleur.

ANIMATION FOLKLORIQUE ET REJOUISSANCE POPULAIRE DE FIN DE CEREMONIE

Le groupe folklorique invité pour la circonstance a tenu en haleine tous les participants à cette cérémonie d’inauguration.

La fin de la cérémonie a été aussi un moment de réjouissance populaire.

CONCLUSION :
A voir la ferveur des enfants et des parents, l’on pourrait affirmer que l’inauguration de ce module de 4 classes à l’Ecole Catholique Saint Joseph d’Alfa-kpara augure d’un meilleur devenir de ces enfants, espoirs de demain.

Des besoins encore immenses!
3

La messe, pas d’église…

2

La messe, pas d’église…

1

Une « école »