Sisophon

Cambodge

Foyer pour formation professionnelle des jeunes vulnérables
foyer-cambodge

construction entre mai 2014 et mars 2015
avec la Fondation AIR FRANCE pour l’Association AEC-Foyer lataste

cambodge-resultat

Foyer de formation professionnelle des jeunes vulnérables terminé

cambodge-boudistes

 inauguration par les moines bouddhistes afin de « chasser les mauvais esprits »

Couture, coiffeuse pour les filles, réparation motos et électronique pour les garçons
cambodge-reparation
cambodge-informatque
cambodge-couture
cambodge-coiffure
aec-logo
Partenariat avec l’association d’aide à l’enfance cambodgienne (AEC-Foyer lataste)

L’association d’aide à l’enfance cambodgienne (AEC-Foyer lataste) soutien depuis 1998 des projets éducatifs et de protection de l’enfance dans la province de Banteay Meanchey, au nord-ouest du Cambodge. Près de 600 enfants et leurs familles sont ainsi aidés à construire leur avenir d’année en année.

L’AEC-Foyer lataste est née en 1998, de la rencontre de 2 français, une gynécologue et un jeune retraité, avec une association khmère, l’ADTJK, alors en recherche de fonds pour monter un centre d’accueil pour enfants orphelins ou abandonnés.

La province de Banteay Meanchey, près de la frontière thaïlandaise, est l’une des régions du Cambodge où les populations ont été les plus touchées par la guerre civile. Les derniers combats ont pris fin en 1997, et de nombreux réfugiés de retour des camps de Thaïlande s’y sont installés, dans le plus grand dénuement.

Ces populations déracinées, très marquées par plus de 30 ans de guerre civile, ont de grandes difficultés à se reconstruire dans la paix. Les liens et la structure familiale ont été très affectés par le régime khmer rouge et la guerre civile.

Encore aujourd’hui de nombreuses familles sont éclatées : par la violence héritée de la période de guerre, par les épidémies de sida et de tuberculose, par la pauvreté qui pousse les parents à abandonner leurs enfants et tenter leur chance en Thaïlande.

Pour ces jeunes, les obstacles pour briser le cercle vicieux de la grande pauvreté sont nombreux :

– faible niveau de qualification et d’éducation en général
– faibles ressources sociales : isolement, rupture familiale
– instabilité très forte de leur situation économique et sociale : le moindre imprévu (problème de santé, toit qui fuit…) entraine une spirale d’endettement qui se termine souvent par le départ vers la Thaïlande, pour gagner de quoi rembourser les dettes.
– isolement géorgraphique : les villages ruraux n’offrent aucune possibilité de formations. Pour les jeunes de ces villages, aller se former en ville est souvent hors de leur portée.

Dans ce contexte, les enfants et les jeunes constituent une population particulièrement fragile.

Trop nombreux sont les jeunes qui quittent le système scolaire à l’âge de 15 ou 16 ans, sans aucune qualification, et qui s’exposent à des situations d’exploitation : migration illégale, trafic d’êtres humains, emploi précaire sans perspectives…

Notre projet propose une approche globale de la situation très précaire de ces jeunes : solution d’hébergement, soutien à l’élaboration d’un projet personnalisé, formation en apprentissage, sensibilisation et prévention, développement personnel.

Le foyer Lataste en action (une réalisation hors Fondation Héloïse Charruau)